Oran International Arabic Film Festival 2017 | « Le Père » : Un histoire inspirée du drame syrien
17568
rtl,post-template-default,single,single-post,postid-17568,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

« Le Père » : Un histoire inspirée du drame syrien

« Le père » est le nouveau film du syrien Bassil Al-Khatib, projeté en avant-première arabe à la salle Maghreb d’Oran dans le cadre de la compétition officielle de la FIOFA 2017.
Ce long métrage de presque deux heures relate une tragique histoire qui se déroule en 2015 dans un village syrien encerclé par Daech. La population tente de se sauver. Ibrahim Abdallah (Ayman Zaidan) fait tout pour mettre à l’ abri sa famille et aide les habitants du village à trouver refuge dans un ancien hôpital occupé par les militaires mais en nombre réduit. Les terroristes encerclent l’endroit mettant sous pression le chef militaire et augmentant le danger. Les familles désespérées et apeurées quittent leur refuge. Cela va coûter la vie à certains d’entre eux. D’autres seron blessés ou pris par les partisans d’El Baghdadi. Le film dévoile le discours extrémiste et irrationnel de Daech pour justifier les crimes. Après « Mariam », « Al Oum » et « Souriyoun », Basil Al Khatib revient donc avec « Le père » pour compléter une oeuvre consacrée aux drames syriens avec, cette fois-ci, plus de réalisme et moins de manichéisme. « Ce que le film montre est une infime partie de ce qui se passe chaque jour en Syrie », a reconté la comédienne Robine Aissa, lors du débat après la projection.
D.M