Oran International Arabic Film Festival 2017 | Le court métrage « Cinq enfant et une roue » : Un jeu pas innocent
17572
rtl,post-template-default,single,single-post,postid-17572,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Le court métrage « Cinq enfant et une roue » : Un jeu pas innocent

Comment une situation d’apparence anodine peut dégénérer pour aboutir à des conséquences encore plus graves. C’est ce que démontre le Palestinien Said Zagha dans son court métrage « Cinq enfants et une roue », projeté dimanche à la cinémathèque d’Oran. Un instituteur est convoqué chez une parente d’élève après l’implication de son propre fils dans une affaire de détérioration et de vol de bicyclette. L’affaire est normalement facile à régler car, dans le pire des cas, il suffit de payer les dommages et tout rentre dans l’ordre. Mais les protagonistes ne l’entendent pas de la même oreille et c’est une sorte d’enquête interne qui est menée pour connaitre ce qui s’est réellement passé Cela va libérer les démons et pousser les protagonistes à commettre l’irréparable. Un dialogue de sourds s’installe entre cette communauté de « tuteurs » accompagnés de leurs « protégés » et la situation devient de plus en plus inextricable. A mesure qu’on avance, le mystère s’épaissit, la vérité s’éloigne laissant place au déchaînement de la violence. Dans ce film le réalisateur met en scène des enfants mais l’histoire qu’il raconte est sans doute loin d’être innocente. Yacine Cheikhbled