fr

les cours précieux de Yacine Irving Belateche

Atelier de formation sur le scénario : 

Une salle qui s’apprête à la formation, un matériel de projection rudimentaire, un public jeune et captivé et un enseignant maîtrisant parfaitement son sujet. Voilà le cadre de l’atelier sur l’écriture de scénario qu’anime l’américain d’origine algérienne Yacine Irving Belateche, à l’hôtel Royal, à la faveur du 11ème FIOFA. . Dans cet atelier, qui durera jusqu’à la fin de ce festival, rien n’est laissé au hasard. La formation se déroule ainsi : projection d’un bout de film suivie par l’intervention du formateur, suivie de questions pour mesurer l’intérêt de son auditoire. Jeudi matin, son auditoire a fait montre d’un grand intérêt d’apprendre si l’on juge les questions posées par les jeunes participants. Le découpage du film projeté ne répond pas aux considérations du timing. Mais plutôt à l’opportunité d’introduire une ou deux notions des techniques d’écriture du scénario. Irving se permet de déborder en donnant des exemples ou contre exemples tirés d’autres œuvres cinématographiques de renommée mondiale. Mais à chaque fois, il insiste sur la démarche que doit suivre un débutant.

« L’écriture du scénario est un savoir faire »

Il explique quelques notions. Celle d’introduction du sujet, durant les dix premières minutes du film ou les premières quinze pages du scénario. La notion de « statuquo », celle de « répétition créatrice »…..A le suivre, même le novice sort avec la certitude que l’écriture du scénario est un savoir faire avec ses normes et ses règles. L’on apprend aussi que l’écriture cinématographique ne laisse aucune place au hasard. En tout cas, cet atelier de formation a bien démarré. Et eu égard à la personnalité d’Irving, il se terminera avec le sérieux et la rigueur que lui a imprimé son initiateur. Et c’est un acquis de cette édition du festival d’Oran.

Ziad Salah

Related Articles

Close