fr

« Page blanche » : Quand les idées manquent…

« Page Blanche » de Mohamed Nadjib Lamraoui, projeté dimanche, pose une question lourde en Algérie : est ce que le créateur, notamment l’écrivain, peut vivre de son art. La réponse est non dans les faits. L’héros du film (Akram Djeghim) découvrira cette vérité amère. Lui qui a refusé de se plier aux injonctions de son éditeur. L’essentiel du film se passe en intérieur : l’auteur bloqué devant son ordinateur , des scènes de ménage, une entrevue avec l’éditeur. Les seules d’extérieur se limitent à un rendez vous entre l’écrivain et celle deviendra sa femme. Parmi les reproches que le public a émis à l’endroit de cette œuvre est la longueur des scènes d’intérieur. Notamment quand le héros est seul, devant son ordinateur, en manque d’idées. La lumière de ses intérieurs traduit le désarroi de cet écrivain pressé à la fois par sa femme de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins du foyer et par son éditeur en attente d’un sujet conforme au goût du large public, « au marché ». A quelques détails, le jeu d’Akram Djeghim, interprétant le personnage central Karim, est correct. Ce court métrage a été plutôt bien reçu par le public du festival.

Z.S

Related Articles

Close